Derniers commentaires

image commentaires

Calendrier événementiel

Evénements à venir

Juillet 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

OSTAL de LA LOÏSA : histoire d’une réhabilitation

Que faire lorsqu’on a juste en face de chez soi un ensemble de bâtiments (maisons, granges, abris, etc. ) caractéristiques de la région dont le propriétaire se désintéresse complètement ? Rien…, dans un premier temps…, sinon relancer ce fameux propriétaire pour un éventuel achat et regarder années après années ce patrimoine tomber en ruine !

Et puis un jour, hasard, opportunité, une partie de cet ensemble est mis en vente (l’autre partie, la plus importante, étant déjà retenue par l’agriculteur fermier). Il faut alors faire vite… et nous pouvons enfin acheter en 2001 ce terrain de 500 m2  (très près de notre domicile donc) comportant une maison totalement en ruine, une petite grange et un abri à cochons attenant dans un état proche de l’effondrement  au milieu d’une broussaille.

Et maintenant, que faire de ça ?

Tout d’abord… nettoyer… et puis, réfléchir ! Tout raser ? Utiliser la grange en remise ? Réhabiliter et en faire une partie habitable? Un gîte rural?... et pourquoi pas un gîte rural?

Pourquoi faire un gîte de cet ensemble ?

Si c’est simplement pour rajouter un logement de vacances de plus dans le département (il en manque encore certes) dont on s’occupera au minimum, non, ce n’est pas la peine…

D’un autre coté, il y a ce petit patrimoine bâti qu’il serait dommage de laisser perdre (c’est déjà fait pour la maison, hélas !…belle petite bâtisse à  4 pentes ( !)…).  Si techniquement cet enclos est réhabilitable en habitation, pourquoi ne pas en  faire une location à l’année et puis c’est tout !

Alors, pourquoi en faire un gîte rural ?

Regardons autour de nous et réfléchissons un peu. Un gîte rural, ce ne doit pas seulement être un petit logement de vacances, meublé, mais avec juste le nécessaire, et un propriétaire qui vous remet les clefs le samedi après-midi et vous les reprend une semaine plus tard sans autre commentaire… sauf si vous le désirez.

Alors qu’y a t-il ici de positif  pour un hébergement de vacances à Colin d’Ayrens?

  • Le Cantal est un beau « pays » mal reconnu à sa juste valeur.

  • Colin est situé à proximité de lacs (Crandelles, mais surtout la retenue de St Etienne Cantalès voire celle d’Enchanet à peine plus éloignée) sans avoir l’inconvénient du brouillard matinal. Eh oui le village sur sa colline (d’où le nom) est très ensoleillé et bénéficie d’une vue large et reposante sur la Chataigneraie cantalienne.

  • Nous sommes aussi à seulement quinze kilomètres d’Aurillac (pour les courses « alimentaires »…, mais aussi l’Histoire et les musées… les jours de mauvais temps (il y en a bien quelques uns au cours de l’année… … sauf pour la météo nationale bien sûr !)).

  • Situé un peu plus loin du massif cantalien, il est quand même possible de l’observer dans toute son étendue à quelques pas du site avant d’aller le découvrir de plus près.

  • L’hiver, cet hébergement peut servir de base pour aller découvrir les joies du ski ou de la raquette à neige pour des familles ne souhaitant pas en faire de manière intensive mais voulant aussi profiter de moments de calme et de dépaysement à 665m d’altitude tout de même.

  • Un chemin de randonnée pédestre (utilisable aussi à VTT ou à cheval) passe au pied du gîte. Par le truchement de liaisons avec d’autres chemins, on peut rejoindre Jussac, Aurillac, St Illide, etc. le randonneur a donc accès à un véritable réseau de chemins avec même…, si on y regarde de plus près, la possibilité d’en faire une variante du chemin de Compostelle entre Aurillac et Laroquebrou.

  • Nous sommes donc au milieu d’un grand « terrain de jeux » variés et proches de la nature : balades, randonnées pédestres, équestres, cyclotourisme, VTT, golf (celui de Sansac de Marmiesse est à moins de 10 km), lacs, piscine de St Etienne Cantalés, voile, pêche en lac et en ruisseaux…

  • Ayrens avec un « multiple rural » et un « pain  bi » renommé se trouve seulement à 2 km. On peut aussi y aller à pied par les chemins (c’est encore plus court en distance…).

  • St Paul des Landes, à 4,5 km de là, possède l’ensemble des commerces et services nécessaires dont médecins, infirmiers, kiné, vétérinaire, pharmacie, DAB, La Poste, etc.

  • Le bâtiment et l’enclos ont, malgré l’état, des aspects intéressants à réhabiliter.

Nous avons peut-être oublié quelque chose mais reconnaissez que la palette a des atouts intéressants.

Est-ce suffisant ?...  De notre point de vue, non ! Mais alors que manque t-il ? Pourquoi diable faire de cette ruine un gîte rural si ce qui est énuméré au-dessus ne suffit pas ?...Mis à part la construction elle-même …( là, y’a du boulot !)

Tout simplement parce qu’il nous a semblé que  ce lieu, cet hébergement devait avoir une âme. Par delà l’accueil « traditionnel » il faut proposer autre chose au touriste, aux familles, leur faire approcher le territoire cantalien par des « chemins de traverses », sortir des poncifs. Par exemple leur proposer la visite de petits lieux « secrets », leur faire accéder au  Cantal  (et aux environs) à travers sa culture et sa langue (l’occitan, bien improprement nommé « patois » !), sa flore et sa faune, sans oublier la gastronomie ou nos « petits travers »…, ceci à l’aide de nos compétences et notre sensibilité. Personnaliser à la fois l’accueil et le séjour en quelque sorte. Il nous a semblé aussi très important de proposer un lieu de villégiature aux personnes à mobilité réduite ou déficientes mentales  accompagnées (ils sont souvent oubliés et ont aussi droit à des vacances).

Nous avons donc bâti notre projet autour de tout cela.  Avons-nous réussi ?

Aspects spécifiques du projet:

Comme nous l’indiquons plus haut nous avons cherché à réhabiliter le bâtiment en conservant un maximum d’authenticité et ses caractéristiques architecturales mais nous examinerons ceci plus loin.

La première approche a été : qu’allons nous apporter de plus à notre projet autre qu’une bonne réhabilitation et comment faire aimer notre région aux  vacanciers ?

Accueil des personnes à mobilité réduite ou déficientes mentales accompagnées.

Ces personnes là ont droit, comme tout le monde, à des vacances. On demande aux entreprises de faire un effort, alors il faut aussi le faire pour leurs loisirs.

Feuilletant les catalogues de lieux pouvant accueillir ce type de visiteurs, nous nous sommes aperçus qu’il y en avait très peu dans le Cantal voire même en Auvergne.

Après une analyse de notre projet, des aménagements à apporter (ex : douche sans marche, avec siège, accès de plain pied, enclos protecteur, etc.) cet objectif était possible. Nous avons donc fait les travaux complémentaires nécessaires.

Résultat : le Gîte est agréé « Tourisme et Handicap » pour l’accueil des personnes à mobilité réduite ou déficientes mentales depuis le printemps 2006.

Gestion et « animation » du gîte :

  • Paule a des aptitudes certaines à la peinture et à la décoration. Elle a donc utilisé son savoir faire sur quelques meubles, dans la décoration du gîte. Ceci permet de personnaliser un peu plus le lieu (voir plus haut, par exemple, la lauze « Ostal de la Loïsa »). Cet aménagement n’est bien sûr jamais terminé… Les améliorations ou les modifications sont apportées saisons après saisons.

  • De son côté Jean-Pierre a une formation d’animateur fédéral de randonnée pédestre, incluant les U.V. « montagne » et « montagne enneigée » et de moniteur fédéral de ski alpin, ce qui me permet d’indiquer aux familles les petites balades sympas ( à pied, à raquette à neige, ski de rando, etc.), en fonction de leurs désirs et de leurs capacités tout en les prévenant des petits pièges et dangers de notre massif cantalien. S’ils le souhaitent, nous pouvons les accompagner (ce qui s’est déjà produit).

  • Chaque famille est bien sûr accueillie avec un petit « cadeau » local (fleurs et petit pot de confiture maison par exemple), mais surtout ce premier contact nous permet de les inviter à un « pot de bienvenue » 2 ou 3 jours plus tard. Ce rendez-vous a pour but, une fois qu’ils ont commencé à prendre leurs repères, d’échanger et de présenter à nos hôtes, de manière plus précise, notre région (culture, langue occitane, Histoire, évolution du volcan, légendes et bons petits plans, etc. en fonction de leurs propres intérêts. Ceci est possible grâce à notre implication forte dans la vie locale (Associations communales , IEO Cantal (Institut d’Estudis Occitans)).

    Conduite de la réhabilitation  (réalisation d’un gîte « 3 épis » classé patrimoine bati de charme):

    Une fois la décision prise, l’assurance que le site était constructible (en habitation), nous nous sommes mis à la recherche de conseils puis d’un cabinet d’architectes.

    « Les Gîtes de France » du Cantal nous ont apportés des conseils précieux . Le C.A.U.E aussi (ex : dans la région de St Paul / Ayrens, les petits bâtiments annexes ont une couverture en tuile (Prentegarde ou assimilée) alors que les habitations et les grandes granges sont couvertes en lauzes( ce qui était le cas pour nous).

    Les associations de handicapés nous ont elles apporté leur aide concernant les aménagements spécifiques et éviter les erreurs (se mettre à la place d’une personne à mobilité réduite n’est pas toujours évident quand on est en pleine possession de ses moyens).

    Merci donc à tous pour leurs apports au projet.

    Concernant l’architecte et les artisans, nous avons privilégié des professionnels spécialistes des « vieilles pierres » (gros œuvre et aménagement).

    Le dialogue permanent entre tous les corps de métiers et nous même a permis d’obtenir un résultat plus que satisfaisant :

  • Le tout se loge dans une superficie habitable de 80 m2.

  • Nous avons conservé, en plus, un abri (qui servait à la fois d’entrée et d’accès au mini grenier se trouvant au dessus des loges à cochons). Cet espace d’une dizaine de m2 permet de mettre à l’abri le matériel d’extérieur (vélos, skis, jeux, table d’extérieur, etc.)

  • L’enclos extérieur d’une surface de 450 m2 permet d’être chez soi, au calme, avec ses animaux domestiques pour les familles qui en possèdent.

  • En plus de l’équipement « obligatoire », nous avons rajouté un four micro-ondes, un lecteur de cassettes vidéo et des éléments de chaîne Hi-fi (ampli, tuner et enceintes)

  • Mise à disposition de livres divers dont auteurs régionaux (en français mais aussi en occitan)

    Conclusion :

    Notre projet (réalisation maintenant) s’est articulé autour des points suivants :

  • Restauration d’un bâtiment ancien proche de la disparition dans un souci de préservation du petit patrimoine bâti et transformation en gîte « patrimoine bâti de charme » classé « 3 épis ».

  • Accueil en famille de personnes à mobilité réduite ou handicapées mentales qui ont droit aussi à des vacances.

  • Fournir un cadre de villégiature « comme chez soi », calme et reposant

  • « accompagner » les familles dans la découverte de la région (conseils, informations, etc.)

  • accompagnement en randonnée lorsque les familles le souhaitent ou les orienter vers les professionnels compétents (escalade, VTT, canoë-kayak, ski, etc.).

  • Essayer de leur donner envie de revenir pour un prochain séjour ou… pour s’installer dans la région !

    La conclusion revient, je crois, à la dernière famille accueillie (septembre 2006) qui nous a dit en partant : «  vous avez là un superbe outil. Tout y est, y compris le calme et le paysage. Le gîte est au centre de plein d’activités et surtout à proximité d’Aurillac (pour les courses) sans avoir les inconvénients de la ville ou de sa couronne. Pendant notre séjour, nous avons été voir les autres gîtes repérés avant de venir : ils nous ont un peu déçus (de l’extérieur). Le votre est le seul qui a les qualités de sa présentation sur le site Internet des « Gîtes de France Cantal »… » .

    … Nous n’en demandions pas tant !! merci à eux .

Partenaires

Cantalpassion Gites de france APF Cantal IEO Cantal logo handiMMA logo OT Aurillac logo CD Rando Cantal Cg